Eux seules Virginia Nicholson a écrit* sur une génération de femmes laissées seules par la Première Guerre mondiale avec une vie destinée à la famille. Les victimes masculines de la guerre ont laissé des orphelins, mais aussi les deux millions de femmes qui ont dû attendre sans homme à proximité, car il n’y en avait pas. «Pauvre s’il ne voulait pas se marier, mauvais s’il ne voulait pas», était l’allégation non écrite mais réelle de l’époque, qui a été le terreau de l’actuelle, comme le rapporte Acprensa Notre génération a changé la nuit pour l’après-midi, parmi de nombreuses autres réalisations. Désormais, les femmes font la fête en groupe ou voyagent seules ou entre amies… ou même entre amies. J’observe que les femmes ont enlevé (heureusement et définitivement) certains de leurs nombreux complexes, certains qu’elles avaient et d’autres qui ont été induits au cours de l’histoire : voyager seule, sortir faire la fête, ne pas abandonner son environnement… quelle que soit sa condition ou état matrimonial. Bien sûr, je parle de l’hétérosexualité. Je n’ai aucune idée de ces rôles dans la manière de se rapporter dans d’autres cas de condition sexuelle. Sûrement, en ce moment, j’observe plus ce concept du besoin d’un partenaire en nous les hommes. La plupart continuent d’équilibrer ce qui leur appartient avec ce qui leur est familier. Ce truc que, même si la police à la maison te donne l’autorisation d’être en retard, de sortir avec des amis, de voyager, de pratiquer ton sport/hobby préféré même au détriment de la vie de famille, tu dois être là. Et tu veux être «Ça me rattrape.» C’est comme si l’homme avait besoin de stabilité émotionnelle pour construire sa vie. J’observe que chez les hommes, notre rôle d’homme est devenu obsolète. Les femmes progressent. Sans trêve. Et, heureusement aussi, elles le font bien au-delà du format fermé du féminisme officiel. femme en groupe Cet été, je suis d’accord sur un voyage avec un groupe de femmes. Je ne connais pas la situation sentimentale de chacun d’entre eux (et je m’en moque). Je sais qu’ils voyagent seuls et qu’ils se réunissent. Dans certains cas, comme moi, à destination. Sans autre lien que la référence de quelqu’un qui vous a dit : « Tu viens à… ?). Et ce n’est pas la seule fois. Mon cercle d’amis proches est désormais moins un groupe, contrairement à ce qui s’était passé historiquement. Le moment des loisirs masculins est en couple. Il y a des situations concrètes de groupe. Mais, en général, j’observe que l’homme se déplace moins bien lorsqu’il est célibataire. Et la femme a appris à fuir les appétissants mâles alpha mais avec un bilan émotionnel qui, à la longue, les pénalise. Il semblerait que la femme ait enlevé son masque et ait pris pour elle le rôle de groupe lié aux hommes à ce jour. Au final, les gangs (partis et autres groupes) ont toujours été masculins. Et maintenant, je vois plus de groupes de femmes qui partagent la journée de leurs loisirs, que d’hommes, qui sont plus seuls. Virginia Nicholson à écrit* sur une génération de femmes laissées seules pour la Première Guerre mondiale avec une vie destinée à la famille. Les victimes masculines de la guerre ont laissé des orphelins, mais aussi les deux millions de femmes qu’ont dû attendre sans homme à proximité, car il n’y en avait pas. «Pauvre s’il ne voulait pas se marier, mauvais s’il ne voulait pas», était l’allégation non écrite mais réelle de l’époque, qui a été le terreau de l’actuelle, tel que rapporté par Acprensa Notre génération a changé la nuit pour l’après-midi, parmi de nombreuses autres réalisations. Désormais, les femmes font la fête en groupe ou voyagent seules ou entre amies… ou même entre amis. J’observe que les femmes ont enlevé (heureusement et définitivement) certains de leurs nombreux complexes, certains qu’elles avaient et d’autres qui ont été induits au cours de l’histoire : voyager seule, sort faire la fête, ne pas abandonner ils sont environnement… quelle que soit sa condition ou état matrimonial. Bien sûr, je parle de l’hétérosexualité. Je n’ai aucune idée de ces rôles dans la manière de se reporter dans d’autres cas de condition sexuelle. Sûrement, en ce moment, j’observe plus ce concept du besoin d’un partenaire en nous les hommes. La plupart continue à équilibrer la famille avec la famille. Ce truc que, même si la police à la maison te donne l’autorisation d’être en retard, de sortir avec des amis, de voyager, de pratiquer ton sport/hobby préféré même au détriment de la vie de famille, tu dois être la. Et tu veux être «Ça me rattrape.» C’est comme si l’homme avait besoin de stabilité émotionnelle pour constructeur sa vie. J’observe que chez les hommes, notre rôle d’homme est devenu obsolète. Les femmes progressent. Sans trève. Et, heureusement aussi, elles le font bien au-delà du format fermé du féminisme officiel. femme en groupe Cet été, je suis d’accord sur un voyage avec un groupe de femmes. Je ne connais pas la situation sentimentale de chacun d’entre eux (et je m’en moque). Je sais qu’ils voyagent seuls et qu’ils réunissent. Dans certains cas, comme moi, à destination. Sans autre lien que la référence de quelqu’un qui vous a dit : « Tu viens à… ?). Et ce n’est pas la seule fois. Mon cercle d’amis proches est désormais moins un groupe, contrairement à ce qui s’était passé historiquement. Le moment des loisirs masculins est en couple. Il y a des situations concrètes de groupe. De plus, en général, j’observe que l’homme déplace moins lorsqu’il est célibataire. Et la femme a appris à fuer les appétissants mâles alpha mais avec un bilan émotionnel que, à la longue, les pénaliser. Il semblerait que la femme ait enlevé son masque et ait pris pour elle le rôle de groupe lié aux hommes à ce jour. À la fin, les gangs (partis et autres groupes) ont toujours été masculins. Et maintenant, je vois plus de groupes de femmes qui partagent la journée de leurs loisirs, que d’hommes, qui sont plus seuls.

Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada.